Bornes connectées ou bornes interactives, comment s’y retrouver ?

2
minutes,
12/2/2024

Aujourd’hui tout est connecté et dans l’univers urbain cette connectivité les bornes interactives sont foison. Mais quels sont les objets qui se cachent derrière les appellations de bornes interactives et de bornes connectées ? Nous vous offrons une revue complète de ces objets de notre quotidien urbain pour décrypter leurs noms et fonctions.

Les bornes connectées jalonnent notre vie

La raison pour laquelle ces fameuses « bornes » sont partout tient de deux paramètres liés : leur multiplication soudaine et les abus ou défaut de langage pour les nommer.

D’un point de vue général, on peut dire que les bornes connectées se réfèrent à certains dispositifs interactifs qui offrent des fonctionnalités de connectivité numérique. Toute borne connectée se compose donc de deux parties. Une partie physique qui permet son positionnement dans l’espace et offre ses fonctionnalités. Une partie numérique qui permet aux utilisateurs d’interagir sur les fonctionnalités proposées.

Voici une liste afin de regrouper les bornes connectées par famille :

  1. Bornes de recharge pour véhicules électriques ;
  2. Bornes de paiement sans contact ;
  3. Bornes d’information et de service dans les espaces publics et commerciaux ;
  4. Bornes interactives de magasin pour la recherche de produits ;
  5. Bornes de réservation pour les services publics tels que les transports en commun ou les événements ;
  6. Bornes de commande et de paiement dans les restaurants et les cafés ;
  7. Bornes de contrôle d’accès dans les entreprises et les espaces réservés ;
  8. Bornes interactives de jeux dans les centres commerciaux et les parcs d’attractions ;
  9. Bornes de gestion de files d’attente dans les institutions publiques et les lieux à forte affluence ;
  10. Borne de stationnement dans les villes et les espaces urbains pour contrôler les durées et autorisation de stationnement.
  11. Bornes de sécurité dans les aéroports et les gares pour le contrôle des bagages et des identités.

Parking, gares, musées, banques, administrations, commerces, rues piétonnes… Nous avons tous déjà rencontré chacun de ces appareils. Mais, ce qui forme notre langage dans ce domaine est à la fois la nouveauté d’un objet et son actualité.

Les bornes de recharge électrique, les stars du moment

La borne de recharge, également appelée borne de recharge électrique, borne de recharge pour voitures électriques ou encore borne connectée de recharge électrique tient le haut du pavé compte tenu d’un mouvement sociétal global qui cherche à favoriser les véhicules électriques. Elles prennent donc le pas sur les autres.

On appelle souvent borne connectée les bornes de recharge électriques - pixabay

Bornes connectées et borne interactive vues par Google et Wikipédia

Notre mode d’information essentiellement soumis aux recherches sur Internet fait apparaître deux résultats divergents :

Les bornes connectées pour Google

Si vous cherchez à comprendre ce qu’est une borne connectée, Google vous répond sans hésiter par : borne connectée de recharge électrique. Ce sont des bornes généralement installées dans des lieux publics, des parkings, des stations de recharge dédiées publiques ou privées (puisqu’elles équipent les entreprises) et également certains domiciles pour faciliter la recharge des véhicules électriques.

Ces bornes peuvent également être dotées de fonctionnalités telles qu’une connectivité Internet pour le suivi à distance, la gestion des utilisateurs et des paiements, voilà pourquoi elles sont les premières bornes connectées à apparaître sur Google.

La borne interactive selon Wikipédia

Mais, il serait un peu rapide de faire table rase du passé. Si vous demandez ce qu’est une borne connectée à Wikipédia, il vous répond par : borne interactive qui est « un dispositif électronique autonome offrant aux utilisateurs un accès interactif à une vaste gamme d’informations et de services. » Pour être complet, on ajoutera pour rappel que ces bornes peuvent être équipées d’écrans tactiles, de claviers ou d’autres dispositifs d’entrée pour permettre aux utilisateurs d’interagir avec le système.

borne interactive télématique
Une borne télématique publique avant l’avènement de l’écran tactile et d’Internet. Source Wikicommon

Wikipédia ne connaît pas (encore) les bornes connectées et appelle « Station de recharges » ce qui est communément nommé ailleurs bornes de recharge. Le petit détail amusant est de trouver dans les liens connexes à la définition, la trace de la télématique, en effet dans un passé pas si lointain, mais qui nous paraît aujourd’hui antédiluvien, les premières bornes interactives étaient connectées au réseau du Minitel. C’était une révolution.

Découvrons maintenant les bornes connectées ou interactives de nos rues, places et boulevards.

Différencier les totems de contrôle d’accès des bornes de sécurité et des bornes anti bélier connectées ?

Borne escamotable automatique et totem accès
Un totem d’accès commandant une borne anti bélier – photo Citinnov

De façon parallèle, et donc toujours par abus de langage, nous parlons de façon indifférenciée de bornes pour nombre d’objets de notre mobilier urbain.

Les totems de contrôle d’accès sont souvent pris pour des bornes connectées alors que le totem est un équipement bien spécifique. Si certaines bornes automatiques sont bien connectées, elles ne sont pas pour autant interactives.

Voici comment les différencier :

Totem (ou borne) de contrôle d’accès

Les totems de contrôle d’accès sont principalement utilisés pour gérer l’entrée et la sortie de véhicules ou de personnes d’un lieu. Ils sont souvent utilisés dans des endroits tels que les entreprises, les établissements de santé, les institutions et sur la voirie publique, où ils servent à réguler l’accès de zones réservées comme principalement les zones piétonnes des centres-villes. Ces totems peuvent être équipés de lecteurs de cartes, de badges, de caméras LAPI pour la lecture des plaques d’immatriculation. Dans de plus récentes évolutions, on trouve en entreprise, des équipements tels que des scanners d’empreintes digitales ou de systèmes de reconnaissance faciale. 

Autre confusion possible, ces totems de contrôle d’accès sont parfois appelés bornes de sécurité parce qu’ils sont reliés à Internet et qu’ils peuvent être équipés de systèmes de télésurveillance.

Les bornes de défense connectées

Les bornes de défense, également appelées bornes de sécurité ou encore bornes anti bélier, borne de sécurité périmétrique sont des plots alignés qui servent à sécuriser un périmètre. Ces bornes peuvent être fixes, on en rencontre de nombreuses en pierre ou en métal, de forme ronde, cylindrique ou cabestan.

Mais ces mêmes bornes peuvent également être rétractables. Une borne rétractable entre dans un logement spécialement aménagé dans le sol afin de libérer le passage sur la chaussée. Leur manœuvre peut être commandée à distance et leur état (relevé, abaissé, bloqué) apparaît sur un superviseur urbain qui contrôle l’ensemble des équipements de la voirie. Nous voilà donc de nouveau en présence d’une nouvelle borne connectée : la borne escamotable automatique ou la borne rétractable automatique. Il en existe de toutes sortes et de diverses résistances suivant les usages.

Borne interactive et borne connectée pour être commandée
Borne interactive et borne connectée pour être commandée – Source Citinnov

Si le totem est interactif, la borne automatique escamotable est seulement commandable à distance. L’usager la commande à travers le totem, mais n’interagit pas directement avec elle. Certains équipements sont donc interactifs et activables par des appels vocaux, des reconnaissances diverses, des badges dédiés ou encore toutes sortes de smartphones, smartwatchs qui forment l’Internet des Objets (IdO ou IoT pour Internet of Things en anglais). On peut donc partager les bornes connectées du mobilier urbain en deux familles, les équipements interactifs et les équipements commandables.

Bien entendu, toutes nos interactions quotidiennes faites à travers l’Internet des Objets font l’objet d’une réglementation nationale et européenne quant aux données qu’on laisse à notre passage.

Bornes d’arrêt minute (BAM), bornes de stationnement et bornes de recharge

Là encore, les rapides évolutions en cours ne facilitent pas l’attribution d’un nommage fixe. On pourrait même dire qu’elles viennent le compliquer !

Les bornes d’arrêt minute (BAM) sont devenues des éléments essentiels pour réguler le stationnement dans les zones à forte affluence. Ce sont des bornes connectées qui offrent aux conducteurs la possibilité de faire des arrêts temporaires pour déposer ou ramasser des passagers ou faire quelques courses rapides dans les commerces de proximité. Elles sont équipées d’un système de chronométrage pour contrôler la durée des arrêts et garantir une rotation efficace des véhicules. De plus, elles sont connectées à un superviseur urbain qui contrôle les durées de stationnement et alerte d’un dépassement du temps de stationnement. Ces Bornes d’Arrêt Minute sont également appelées bornes de stationnement. En se connectant à un réseau de surveillance, les descendants des parcmètres sont devenus des bornes connectées.

Mais par souci d’économie de place et pour offrir un service attractif aux usagers, certaines bornes de stationnement s’équipent de stations de recharge électriques. Si jamais quelques services viennent s’ajouter à ces bornes de stationnement station de recharge électrique, peut-être qu’elles emporteront la mise et seront à terme les seules à porter le nom de borne connectée !

En conclusion, pour s’y retrouver il convient premièrement de faire la différence entre les bornes connectées à un réseau, mais sans interaction, et les bornes commandables à travers une interface. En fait, les bornes connectées sont nombreuses, mais elles ne sont pas toutes interactives. Enfin, pour l’instant…

Lire aussi :

Citinnov
Besoin de discuter de vos projets d’aménagement urbain ou de sécurité ?