Borne et mobilier urbain antiterroriste - renforcer la sécurité de l’espace public

minutes,
12/5/2024
Sécurité

Parmi les objets du mobilier urbain que nous côtoyons et utilisons quotidiennement, certains font partie du mobilier urbain de protection comme la borne antiterroriste. Si nous n’y prêtons pas réellement attention, c’est que cette gamme de mobilier urbain conçue pour la sécurité est faite pour se fondre dans l’esthétique d’un lieu. Voici tout ce que vous devez savoir sur ce sujet.

Définition du mobilier urbain antiterroriste et de protection

Il est important de savoir distinguer chaque gamme de produits, d’objets et d’installations qui sont de conceptions diverses pour des objectifs parfois complémentaires, mais toujours distincts. Voici deux définitions:

Définition du mobilier urbain antiterroriste

Le mobilier urbain antiterroriste est une catégorie spécifique de mobilier urbain conçue pour renforcer la sécurité des espaces publics et réduire sa vulnérabilité à certains types d’attaques terroristes utilisant des véhicules (camions, automobiles, et même parfois motos). Cette gamme de mobilier se distingue par sa conception robuste et sa capacité à empêcher ou ralentir l’intrusion de véhicules béliers.

Le mobilier urbain sécuritaire comprend :

  • Les bornes antibéliers ;
  • Les road blockers;
  • Les cubes et barrières béton ;
  • Les bacs à fleurs et bacs à arbres ;
  • Les bancs publics renforcés.

Définition du mobilier urbain de protection

Le mobilier urbain de protection désigne l’ensemble des éléments installés dans l’espace public ayant pour objectif principal de garantir la sécurité des usagers. Cette gamme de mobilier a pour fonction première la prévention des accidents et des actes de malveillance.

Le mobilier urbain qui sert au renforcement de la sécurité des espaces publics comprend :

  • Les potelets ;
  • Les barrières de villes (chaînées ou en alignement) ;
  • Les sas à motos ;
  • Les bornes de protection ;
  • Les bornes de sécurité.

La voiture ou le camion bélier, définition

Un véhicule bélier est un véhicule motorisé utilisé délibérément pour foncer dans une foule, un bâtiment ou un autre véhicule, dans le but de causer des dommages ou des blessures.

Le contrôle d’accès des zones sécurisées antiterroristes

La sécurisation des espaces publics qu’il s’agisse de rues ou zones piétonnes, de places ou de passages réservés pour les piétons et cyclistes se fait à travers le contrôle d’accès de tous les véhicules. Le contrôle d’accès est effectué par des bornes d’accès ou totem d’accès. Ce dispositif permet de lire :

  • les plaques d’immatriculation,
  • les badges,
  • les QR code,
  • ou est relié à un PC sécurité par interphone.

Le but est de ne laisser entrer que les véhicules autorisés. La différence de sécurité réside dans la résistance des bornes escamotables automatiques commandées par le dispositif de régulation de trafic. Les bornes escamotables peuvent être fusibles, de protection ou antibélier. Seules les bornes escamotables (ou rétractables) antibélier entrent dans la gamme du mobilier urbain antiterroriste.

Tableau des attaques terroristes perpétrées avec un véhicule

Date Ville Pays Nombre de victimes
22 décembre 1987 Bethléem Israël 16
19 février 1993 New York États-Unis 6
27 février 1993 Oklahoma City États-Unis 168
12 juin 1997 Jérusalem Israël 16
11 août 1998 Omagh Irlande du Nord 29
17 octobre 2002 Washington D.C. États-Unis 224
11 mars 2004 Madrid Espagne 192
7 juillet 2005 Londres Royaume-Uni 52
17 juillet 2005 Londres Royaume-Uni 13
21 novembre 2005 Delhi Inde 62
11 avril 2006 Mumbai Inde 189
7 juillet 2007 Glasgow Royaume-Uni 8
14 juillet 2016 Nice France 86
22 juin 2017 Londres Royaume-Uni 8
17 août 2017 Barcelone Espagne 16
31 octobre 2017 New York États-Unis 8
22 mars 2017 Londres Royaume-Uni 5
23 avril 2018 Toronto Canada 10
31 octobre 2018 New York États-Unis 8
15 mars 2019 Christchurch Nouvelle-Zélande 51
28 avril 2019 Toronto Canada 10
29 août 2019 El Paso États-Unis 23
4 décembre 2019 Londres Royaume-Uni 2
18 janvier 2020 Londres Royaume-Uni 2

Sources Wikipédia et Global Terrorism Database

Les différents types de bornes et de mobilier urbain antiterroriste

Les bornes antiterroristes sont une gamme de bornes répondant la norme K12. La norme internationale K12 signifie que la borne résiste à un impact de 1 852 kJ (kilojoule), ce qui correspond à l’impact d’un poids lourd de 7,5 tonnes lancé à 80 km/h ou d’un véhicule léger de 1,5 t propulsé à la vitesse de 179 km/h.

Crash test en condition réelle de la borne Defendor de Citinnov certifié K12 par le laboratoire Transpolis.

La borne antiterroriste est également appelée :

  • borne antibélier ;
  • borne anti-intrusion;
  • borne anti-agression ;
  • borne de sécurité.

La borne antiterroriste se décline en :

  • Borne escamotable automatique (ou rétractable), le plus souvent installée seule ou en massif sur un segment de voirie pour en contrôler l’accès ;
  • Borne escamotable semi-automatique, on la trouve sur les accès peu fréquentés comme les places de marché hebdomadaire. La borne s’abaisse à l’aide d’une clé et remonte par pression sur un vérin ;
  • Borne fixe, elle sert de sécurité périmétrique et donc est inamovible.

Constitution d’une borne antiterroriste

Une borne antiterroriste est généralement en fonte, en métal ou en inox, remplie de béton. Suivant qu’elle est fixe ou rétractable, la base et l’enfouissement sont plus ou moins conséquents. La hauteur d’une borne antiterroriste varie entre 70 et 120 cm, ce type de borne est en moyenne plus haute que les bornes de protection classiques.

Les 3 fonctions d’une borne antiterroriste

  • Dissuasion ;
  • Protection :
  • Contrôle des accès.

La dissuasion est établie par la présence visible de ce type de mobilier qui constitue une défense passive permanente. La protection antiterroriste contre les véhicules béliers est stable et concrète, donc dissuasive.

La protection réside dans le fait que la borne antiterroriste stoppe net le véhicule bélier. La zone publique est donc protégée contre toute intrusion terroriste motorisée.

Le contrôle des accès permet de restreindre l’accès des véhicules aux zones sensibles par des bornes rétractables ou des road-blockers. Ce contrôle d’accès est également destiné aux piétons qui sont canalisés par flux.

Le mobilier de protection antiterroriste est le plus employé dans l’espace public urbain, il faut toutefois noter qu’il sert également à la sécurité des activités d’importance vitales (SAIV) et des sites protégés type Seveso. 

Divers mobiliers urbains antiterroristes

Différents mobiliers urbains courants peuvent jouer un rôle de protection passive pour sécuriser des zones publiques contre des attaques terroristes.

Mobiliers urbains antiterroristes
Mobiliers urbains antiterroristes

Les bacs à fleurs, jardinières et bac à arbres

Moins détectables que les bornes par le public, les bacs à fleurs ou à arbres forment de puissants remparts contre les intrusions lorsqu’ils sont conçus dans ce but. Les jardinières anti-intrusions sont fabriquées en matériaux résistants (béton ou acier) et dotées d’une profondeur d’enfouissement importante, ce qui les rend infranchissables.

Les bancs publics

On reconnaît les bancs publics à capacité antiterroriste par leur base. Le siège est en général identique aux autres bancs, mais repose sur un socle en fonte ou en béton. Suivant l’esthétique du lieu, certains bancs constitués de béton forment des barrières concrètes contre l’attaque de véhicules.

Les glissières de sécurités renforcées

On les trouve généralement à l’arrière des parcs et jardins jouxtant des artères passantes sur des endroits qui pourraient offrir une possibilité d’intrusion délibérée et rendre ainsi vulnérable l’espace public. Ces doubles glissières sont en général également rehaussées.

Les potelets et barrières de ville chaînés

Le chaînage d’un alignement de potelets ou de barrières de ville constitue un mobilier anti-intrusion très efficace contre les deux roues tout en servant de canalisation aux flux piétons. Sans être de la même résistance que les bornes antibélier, ils représentent un obstacle également dissuasif en tant que bornes de protection physique. Ils servent généralement de zone tampon entre deux espaces publics, l’un réservé à la circulation automobile, l’autre réservé aux piétons ou aux cyclistes.

Avantages et inconvénients de chaque type de mobilier antiterroriste

D’un point de vue général, on peut dire que :

  • tous les éléments de mobilier urbain utilisés comme anti terroriste n’ont pas tous la capacité de résistance égale aux bornes antibélier certifiées K12 ;
  • tous les éléments de mobilier urbain anti terroriste ont un effet dissuasif contre les attentats motorisés.

Quelques détails et spécificités :

  • Le road blocker utilisé contre l’accès à un bâtiment ou en renforcement de bornes anti-intrusions sur une voirie est un obstacle infranchissable ;
  • Les bornes rétractables ou fixes anti bélier sont aujourd’hui les éléments antiterroristes les plus utilisés parce qu’ils n’entravent pas les flux piétons et n’obstruent pas la vue, ce qui offre une intégration harmonieuse.

Les coûts de maintenance et d’entretien sont des éléments à prendre en compte. Les bornes fixes en acier comme les cubes de béton auront un coût d’entretien moindre que des jardinières ou des bancs. Le coût d’entretien d’une borne escamotable automatique dépend essentiellement du type de mécanisme de sa mise en action et de sa motorisation.

Totem contrôle d’accès borne antibelier
Totem contrôle d’accès borne antibelier

Rappel des lois relatives au mobilier urbain et bornes anti-terroristes

Dans l’arsenal des lois et décrets de la lutte antiterroriste, sont prévus des normes pour le mobilier urbain sécuritaire antiterroriste :

Loi Date d'entrée en vigueur Objectifs Dispositions relatives au mobilier urbain et bornes anti-terroristes
Loi relative à la sécurité et à la lutte contre le terrorisme 13 novembre 2014 Renforcer la sécurité nationale et lutter contre le terrorisme Permet aux préfets d'interdire la circulation de certains types de véhicules dans certaines zones
Loi relative au renseignement 24 juillet 2015 Améliorer le recueil et le partage du renseignement Permet aux services de renseignement de collecter des données sur les déplacements des personnes et des véhicules
Décret relatif à la sécurité des espaces publics 27 mai 2016 Définir les mesures de sécurité applicables aux espaces publics Fixe les exigences de sécurité pour le mobilier urbain et les bornes anti-terroristes
Arrêté du 21 décembre 2016 relatif aux prescriptions techniques applicables aux potelets anti-bélier 21 décembre 2016 Définir les prescriptions techniques applicables aux potelets anti-bélier Fixe les dimensions, les matériaux et les performances des potelets anti-bélier
Circulaire du 25 janvier 2017 relative à la sécurité des espaces publics 25 janvier 2017 Fournir des instructions aux préfets sur la mise en œuvre du décret du 27 mai 2016 Précise les mesures de sécurité à mettre en œuvre pour les différents types d'espaces publics

Source :Légifrance

Impact des bornes et du mobilier urbain antiterroriste sur la vie d’un lieu

L’objectif n’est pas de sacrifier la vie urbaine au nom de la sécurité. D’autant plus que ces lieux de vie sont souvent les centres historiques et commerçants piétonnisés à des fins de convivialité et d’accessibilité. La protection antiterroriste de ces lieux ne doit pas être synonyme de stress et défigurer à la fois l’esthétique et l’esprit de bien-être. Le processus d’installation d’un dispositif antiterroriste à travers le mobilier urbain doit donc prendre en compte plusieurs facteurs, comme :

  • L’esthétique et l’architecture en respect avec l’environnement direct ;
  • L’inclusivité (les barrières doivent gêner les personnes à mobilité réduite et malvoyante — PMR et PMA)
  • Le respect des flux naturels de déplacement piéton, des espaces quotidiens de vie ;
  • La cohérence des perspectives urbaines, des points de vue (ne pas dénaturer un urbanisme historique par un aménagement sécuritaire).

En effet, transformer un espace public en forteresse induirait du stress et l’inconfort qui résulterait de l’inquiétude d’une possible attaque terroriste aurait pour conséquence de vider le lieu de toute vie.

Plusieurs cas intéressants illustrent ce souci.

Quelques études de cas

Protection des piétons à Times Square
Protection des piétons à Times Square – New York. Photo Isabel Moreno via Canva

Après les attaques véhiculaires des dernières décennies, des villes ont revu leurs dispositifs sécuritaires pour une meilleure protection :

  • à Time Square à New York. La piétonnisation de ce lieu central traversé par plusieurs grandes artères est protégée par des bornes et des bancs en forme de longues sculptures design ;
  • à Whitehall, Londres, se sont des balustrades de pierre totalement intégrées dans le style du lieu qui protègent les larges trottoirs ;
  • à Cardiff, le centre-ville est protégé par des bancs et des jardinières monumentales et des cubes de granit noir ;
  • à Milan et à Melbourne, le choix s’est porté sur des barrières et des cubes en béton les plus simples, mais ces villes ont fait appel à des artistes pour leur décoration ;
  • Abu Dhabi, le Louvre est protégé par des bassins qui assurent une protection maximale ainsi que de la fraîcheur ;
  • des bornes en fonte pour le stationnement des vélos peuvent jouer un rôle anti-intrusif ;
  • à Paris, place de la République, l’ensemble de la place piétonnisée est protégé à la fois par des bancs massifs en bois, des bornes et des marches ;
  • Sur Bourbon Street à la nouvelle Orléans, la rue est bordée de potelets à tête de cheval ;
  • à Marseille, les espaces piétons du Vieux-Port sont protégés par des bornes proches de celles qui servent à amarrer les bateaux…

Comme on le voit, la sécurisation ne passe pas obligatoirement par des budgets colossaux. Des solutions économiques pour des investissements durables existent pour chaque problématique.

alignement borne antiterroriste Vieux Port
Marseille, le Vieux-Port, bornes anti-intrusion

En conclusion

Le mobilier urbain antiterroriste s’avère être un dispositif indispensable à la quiétude des usagers des centres-villes. Le sentiment de bien-être que les villes tentent d’induire dans la conception de leurs espaces publics passe par le renforcement de la sécurité ce qui, bien sûr, contribue à la prévention des attaques terroristes. Cette défense passive demande de l’attention et une planification rationnelle pour un coût relativement modeste compte tenu de son efficacité à long terme. L’implantation de bornes antiterroristes, comme toute installation spécifique de sécurité, doit être réalisée par des spécialistes en partenariat avec les services concernés et les architectes pour répondre aux besoins spécifiques de chaque situation et garantir une ville plus sûre et plus smart.

Lire aussi :

Image à la UNE : photo de David Henry via Pexels

Citinnov
Besoin de discuter de vos projets d’aménagement urbain ou de sécurité ?